Reports

24 تموز 2019, 11:48
Le Figaro avec AFP et Reuters
Nissan pourrait supprimer plus de 10.000 emplois dans le monde

En grande difficulté après la chute de son bénéfice net en 2018, le constructeur japonais engage un grand plan de redressement.

Le constructeur japonais Nissan, un temps force de l'alliance qui l'unit au français Renault, est en plein marasme: il s'apprête à annoncer jeudi des mesures drastiques pour redresser ses comptes. Selon les médias japonais plus de 10.000 suppressions de postes seraient en jeu. Le patron du constructeur japonais, Hiroto Saikawa, avait prévenu au printemps: les réformes seront douloureuses, et le groupe n'a pas d'autre choix, acculé selon lui par la stratégie d'expansion à marche forcée menée par Carlos Ghosn, sauveur aujourd'hui vilipendé.

Après une dégringolade de son bénéfice net de 57% en 2018/19 (exercice clos fin mars), Nissan redoute un nouveau plongeon de moitié cette année, à 170 milliards de yens (1,4 milliard d'euros), au plus bas en une décennie.

Aux 4.800 postes déjà évoqués en mai par Nissan, au moins 5.200 emplois additionnels sont dans le viseur. Les réductions pourraient concerner des sites en Amérique du Sud et dans d'autres régions où la rentabilité de Nissan est faible, rapporte Kyodo.

Jean-Dominique Senard, président du conseil d'administration de Renault et pilote de l'alliance, a en tout cas averti de sa vigilance. "Il faudrait être sourd ou aveugle pour ne pas comprendre que le redressement de Nissan est un sujet prioritaire", avait-il déclaré dans une interview en juin.